Kybalion : “rien n’est impossible”

« Et avec le souhait l’énergie était née… » – Corpus Hermeticum, livre I.

Il est possible de voir le Kybalion comme une nouveauté de l’occultisme des débuts du XXème siècle, et de percevoir cet ouvrage comme un travail faussement antique sur le pouvoir de l’esprit orné par un langage pseudo-hermétique et offrant une poignée d’idées sur la spiritualité.

Cette ouvrage, apparue sur la scène de l’occultisme américain en 1908, sous le nom mystérieux de « Trois Initiés » a su gagner la postérité. Le livre sert ce à quoi il prétend, être un « Grand Réconciliateur » des philosophies, de la métaphysique et de la nouvelle pensée.


L’identité des « Trois initiés » a longtemps été une source de spéculation et de drame ; ayant servi de distraction au détriment de la plus grande signification du livre. Le Kybalion a été écrit par le philosophe William Walker Atkinson (1862- 1932), éditeur, écrivain, avocat et chercheur spirituel remarquablement énergique de Chicago, qui mérite qu’on se souvienne de sa plus grande œuvre. Atkinson était l’une des voix les plus incisives de la Nouvelle Pensée du XXème siècle.

Le chercheur-écrivain a utilisé ses capacités considérables pour produire un mariage d’idées psychologiques anciennes et modernes. Atkinson s’est concentré principalement sur le premier principe hermétique, que l’esprit est le Grand Créateur.

Selon la littérature hermétique, un Mental suprême, ou Nous, utilise comme véhicule un triple processus consistant en :

  1. Un esprit subordonné (démiurgos – nous)

  2. Mot (logos)

  3. L’esprit (anthropos)

Ces concepts qui font écho, quoique de loin, à l’œuvre d’Atkinson.

Le Kybalion est structuré autour de « Sept principes hermétiques », qui découlent du concept hermétique des « sept dirigeants » de la nature. L’Homme, nous dit-on dans le livre I du Corpus Hermeticum, l’œuvre traduite pendant la Renaissance, « avait en lui toute l’énergie des dirigeants, qui s’émerveillaient de lui, chacun lui donnant une part de sa propre nature » (Hermetica, Far West Undertakings, 1977).

Atkinson est particulièrement souple en adaptant la conception hermétique du genre, dans laquelle l’esprit conscient (l’Homme original dans l’Hermetica) imprègne l’esprit subconscient (la nature dans l’Hermetica) pour créer le monde physique. Plus encore — et cela est essentiel à la puissance et à l’utilité du livre — le Kybalion s’aventure habilement dans une théorie sur la causalité de l’esprit. Le livre explique pourquoi, d’un point de vue métaphysique, nos esprits semblent posséder des capacités formatrices et créatrices, et pourtant, même si nous avons en nous ces pouvoirs de causalité, nous sommes également soumis à des limites physiques, à la mortalité et à la mécanique quotidienne.

Comme il est joliment énoncé dans le chapitre d’Atkinson « Le Tout en Tous », l’individu peut posséder certaines caractéristiques d’une Force supérieure – mais cela ne fait pas de l’individu un synonyme de cette Force. L’homme, d’après le livre, pourrait accomplir beaucoup de choses dans le cadre de certains paramètres donnés, y compris la transcendance de limitations communément présumées, l’influence sur l’esprit des autres et la co-création de certaines circonstances. Mais le livre rappelle au lecteur, que nous nous heurtons à des paramètres physiques alors même que nous avons la capacité, dans un cadre donné, d’imiter le pouvoir qui définit ces paramètres. En cela, le Kybalion honore la pensée des anciens. Atkinson propose des définitions philosophiques convaincantes des concepts de rythme, de polarité, de paradoxe, de compensation et de « genre mental ».  Dans un sens, la philosophie du Kybalion est une application de l’hermétisme, du néo-platonisme, du transcendantalisme et de la nouvelle pensée. Le livre tente aussi, mais de façon approximative, de faire correspondre ses idées aux idées naissantes du début du vingtième siècle sur la mécanique quantique et la « nouvelle physique », qui ont pris de l’ampleur dans les décennies qui ont immédiatement suivi sa publication. En ce sens, l’auteur n’exagère que légèrement lorsqu’il écrit : «  Nous ne venons pas exposer une nouvelle philosophie, mais nous fournissons plutôt les principales lignes d’un ancien grand enseignement qui clarifiera les enseignements des autres – tel un Grand Réconciliateur des théories différentes et des doctrines opposées ».

L’esprit global du Kybalion se réfère au livre XI du Corpus Hermeticum, dans lequel l’Esprit Suprême dit à Hermès qu’en utilisant son imagination, il peut découvrir le fonctionnement du Créateur Supérieur : « Si vous ne devenez pas l’égal de Dieu, vous ne pouvez pas le comprendre » (dans Le Chemin d’Hermès  traduit par Clément Salaman, D. van Oyen et JP Mahé). Il est dit à Hermès d’utiliser son esprit pour voyager partout, pour unir les contraires, pour connaître toutes choses, pour transcender le temps et la distance : « Devenez l’éternité et ainsi vous comprendrez Dieu ». Supposons que rien ne nous soit impossible. L’hermétisme enseigne que nous avons reçu le droit de naissance divin de posséder une créativité et une imagination illimitée. Cet enseignement est au centre de la philosophie hermétique, et dans le Kybalion.

#Hermetisme #magie #métaphysique #thot