Le culte du secret

« Le simple mot de secret est répugnant dans toute société libre et ouverte ; et nous sommes en tant que peuple, intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets, et aux démarches secrètes ». Cette phrase fut prononcée le 27 avril 1961 par le président américain John Fitzgerald KENNEDY face à l’Association Américaine des Éditeurs de Journaux, dans le contexte d’une Amérique en proie aux réseaux mafieux et aux lobbyistes sociétaux. À l’époque, peu de gens savaient à quoi faisait référence le chef de la première puissance mondiale, et son discours eu peu de retentissement sur l’opinion publique.

Ce n’est pourtant qu’avec l’émergence d’Internet des décennies plus tard qu’une autre alternative à la vérité historiographique put être envisagée à la lumière des millions de documents à disposition du grand public. C’est ainsi qu’aujourd’hui, il est admis que John F. Kennedy avait fait imprimer des dollars qui devaient remplacer ceux de la Federal Reserve et qu’il souhaitait abroger la loi du 23 décembre 1913 qui donnait la légitimité à la banque de la Réserve Fédérale d’imprimer les billets. Ceci dans le but de rendre au Congrès le pouvoir de battre sa propre monnaie. Il signa un document intitulé Executive Order 11110 le 4 juin 1963. Le 22 novembre de la même année, John F. Kennedy était assassiné, et dans la foulée les billets de banque non issue de la Federal Reserve imprimés furent tous retirés de la circulation…

Le secret dans les sociétés modernes

Un coup monté ? Si oui par qui ? Qui pouvait donc être plus haute autorité au monde que le président des Etats-Unis en 1963 ? D’aucuns répondront que le Shadow Government, qui serait constitué des personnalités les plus puissantes au monde, et qui dès la fin de la Seconde Guerre mondiale aurait tenu des réunions secrètes afin de décider communément du destin du monde : Les Bilderbergers. Ainsi, de grandes décisions mondiales seraient prises par ce conseil annuel exceptionnel, pouvant même aller jusqu’au choix de personnalités influentes telles que des présidents, des dirigeants des plus grandes sociétés commerciales ou financières internationales ou autre, le tout dans le plus grand secret. Pourtant, les théories du complot et des mystérieuses entités communautaires qui agissent dans l’ombre à des fins égoïstes plutôt qu’au règne du Bien commun ont toujours existé, aussi longtemps que l’Humanité puisse se contempler dans le miroir du passé. Des dieux égyptiens incarnés sur Terre, en passant par les divinités gréco-romaines et les lignées royales de sang divin et dont ils seraient les direct héritiers, le monde semble avoir toujours été exclusivement aux mains de groupes élitistes aux dépens des masses. À y regarder de plus près, cela n’a rien d’étonnant ; mais la simple existence d’une caste dominatrice sur le monde de par la fortune ou le pouvoir en leur possession, suffit à poser la question fondamentale de la Liberté des peuples. Selon Noam Chomsky, non seulement il ne fait aucun doute que les masses populaires peuvent être manipulées à grande échelle, mais de surcroît, il donne dans son ouvrage Armes silencieuses pour guerres tranquilles, dix moyens clairs pour y parvenir en illustrant d’exemples concrets qui ont ponctué l’Histoire.

#Bilderberg #Chomsky #kennedy #sociétésecrète