Science versus Magie


L’éminent anthropologue James George Frazer pensait que la magie “primitive” était naturellement vouée à se transformer en religion, puis en science. Les relations entre la magie et la science restèrent longtemps ambiguës. Les Mésopotamiens et les Egyptiens croyaient que l’on pouvait guérir les maladies par des sorts; pour eux, la magie était à la fois une science (qui reste incomprise) et un art. Isaac Newton —qui n’était pas étranger à l’occultisme— s’étonnait de l’apparente “action à distance” qu’il observait dans les phénomènes de gravitation, reconnaissant qu’on pouvait voir là une sorte de magie.

Newton était également fasciné par l’alchimie -fascination que partageaient nombre de ses contemporains.  Par exemple, le jésuite allemand Athanase Kircher se passionnait pour les automates mystérieux et les édifices magiques tels que le temple de Salomon. Plus tard, l’écrivain de science-fiction Arthur C. Clarke affirmera que “toute technologie assez avancée est indiscernable de la magie”. Je pense que l’on peut appeler magie tout éléments technologiques hautement avancé que nous ne sommes pas encore capable d’expliquer. Encore une fois le vocabulaire utilisé est simplement du à notre manque de connaissance. Imaginez vous retourner 200 ans en arrière avec votre smartphone. Expliquer alors aux gens dans la rue que vous pouvez communiquer avec n’importe qui dans le monde et même voir votre interlocuteur dans la paume de votre main. Je reste persuader qu’on vous pendra immédiatement pour exercice de magie et pourtant ce n’est qu’une simple technologie qui dans 200 ans deviendra sans doute obsolète.